La métaphysique de l'ordinaire

by Maxime Auguste

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      $12 CAD  or more

     

1.
Cyclorama 02:40
Le temps m’apparaît long Quand, la nuit, les néons rappellent Que je suis quelque part où tu n’as pas suivi Le parking est désert Une cour d’école en plein été Et Saint-Anne-de-Beaupré me console qu’à moitié Oui j’ai souvent perdu espoir aux mains du vice Si je dois perdre la tête Je veux qu’elle soit entre tes cuisses La première fois où on a fait l’amour, j’ai écrit une chanson Si tu brisais mon cœur Faudrait les compter par douzaines Je te veux dans ma vie Full 360, quelque chose de rare Du genre qu’on voit pas l'boute, un ouragan dans l’désert Je sais la certitude et les promesses C’est fait pour les peureux Mais si que t’étais dans le coin, je jure, je te ferais de mon mieux Pourquoi pas un enfant Sur le siège avant de la Toyota Je te ferai un enfant Dans le stationnement du Cyclorama
2.
Sophie 03:55
On s’est pris en silence d’un frisson éphémère Sur le sofa d’un gars dont j’ignorais le nom J’ai cueilli de ma langue tes effluves berbères Tes cheveux longs bouclés, tes mamelons percés Tu t’appelais Sophie Je pensais pas m’en rappeler Je pensais pas m’en rappeler C’est-tu l’été indien dans un dernier soupir Ou est-ce que c’est l’alcool qui t’a jetée dans mes bras C’est une question de soif bien plus que de plaisir Mais c’est pas par pitié qu’on a recommencé, deux fois Tu t’appelais Sophie Et on ne s’est jamais rappelé Et on ne s’est jamais rappelé Quand la nuit s’est finie, le matin insistant M’a offert au passage le tout premier métro Mais encore aujourd’hui l’avenue Mont-Royal Me fait du sentiment quand je passe au hasard près de l’appartement Tu t’appelais Sophie Et moi, qui pensais t’oublier Tu t’appelais Sophie Dis-moi comment j’aurais pu t’oublier
3.
T’as déterré la hache de guerre Ouvert la bouche de tes canons Prête à larguer tes incendiaires Au milieu de notre salon C’est une aire nucléaire Qui se dessine de la cuisine à l’horizon Tu peux bien me lancer des couteaux Tu peux bien me lancer des couteaux En autant qu’on finisse en cuillère Tu as fixé le choix des armes Franchi le seuil, le Rubicon Déclenché de bruyantes alarmes Coupé les communications Et tes larmes de napalm Menacent ma cuirasse, attendent ma reddition Tu peux bien me lancer des couteaux Tu peux bien me lancer des couteaux En autant qu’on finisse en cuillère Tu peux barioler ton visage Embarbeler l’appartement Mettre la table pour un carnage Incendier tous les drapeaux blancs M’attacher, me mettre en cage M’asservir à ton empire florissant Tu peux bien me lancer des couteaux Tu peux bien me lancer des couteaux En autant qu’on finisse en cuillère J’attends ta faille sur le divan Je suis tapi dans le maquis J’attends la fin du grand dérangement Pour ramper jusque dans notre lit Où tu te blottis en cuillère
4.
Ça fait un bail qu’on s’était pas vu La ruelle pis moi dans le blanc des yeux J’ai beau avoir du poil au cul J’avoue qu’a m’rend pas moins nerveux Faut dire j’traine pus dans l’boute souvent, je me suis échoué outre-pont J’avais oublié le succulent panorama de ses balcons Les grands ballets des cordes à linge Et le backstore du dépanneur Des cordes à linge, des dépanneurs Elle porte encore l’odeur, la couleur Des douloureuses premières fois Comme celle où j’ai frenché l’asphalte sans gaité de cœur, a m’a fait mal Mais j’peux pas lui en vouloir pour ça Y’a trop de moi, y’a tout un monde tatoué sur sa peau de tôle grise De parties de fesses avec une ex-blonde jamais confessées à l’église C’est le secret des cordes à linge Pis d’l’angle mort du dépanneur Des cordes à linge, des dépanneurs J’tais venu y dire qu’asteure ben j’t’accoté J’m’en va être père d’ici le mois d’juin Comment que j’pourrais ben t’expliquer Ça fout la chienne d’exister pour quelqu’un On s’est soulé à perdre haleine Pour mieux avaler mes peurs J’ai dormi sur la corde à linge, j’ai déjeuné du dépanneur Comme si demain n’existait pas Pour la dernière fois
5.
Y fait chaud Un temps parfait pour être nu J'en profiterais pour faire l'amour Mais t'es absente Y'a longtemps Que j'ai pas bu à ta rivière Le lit est devenu désert Et je m'enlise La photo de ton cou Sur mon écran Rappelle qu'il y a entre nous Quelque chose de grand Et cette photo de ton cou M'aide à tenir le coup Quand l'été se fait méchant Y fait chaud La canicule est revenue Partout les gens ont le sang qui bout Et moi je patiente Mon sexe est chaud comme le soleil D'une chaleur à partager Je jure qu'elles se brûleront les ailes Celles qui voudront s'en rapprocher Sur ma peau Un goût salé fait sa demeure Comme celui de nos ébats en sueur Mais sans leur saveur Y fait chaud Un temps parfait pour faire l'amour J'aimerais qu'il fasse fondre les jours Qui nous séparent La photo de ton cou Sur mon écran Rappelle qu'il y a entre nous Quelque chose de grand Et cette photo de ton cou M'aide à tenir le coup Quand l'été se fait méchant
6.
J’habite un corps trop grand pour moi Pour le dompter, je fais pas le poids Je fais pas le poids Non, non, non, non, non, Dur de défier le courant Quand t’es chargé de balles à blanc De balles à blanc J’ai le style, mais je n’ai pas l’engouement J’ai l’intention, mais je n’ai pas l’investissement J’ai le deal du siècle, mais je n’ai pas de clients Je suis un condom dans un couvent J’ai pas les moyens de mes ambitions Je suis un chèque sans provision La, la, la… J’ai pas les moyens de mes ambitions Je suis un chèque sans provision
7.
Mon équipe 03:46
L’hiver vire de t’sour Y s’est pris les pieds dans mon lit simple Fouille-moi comment? J’ai foiré la saison des amours J’ai pas été repêché Depuis trop longtemps On swing pas du même bord Mais pour un soir J’aimerais ça que tu sois dans mon équipe On swing pu du même bord Mais rien que pour voir J’aimerais ça que tu sois dans mon équipe La ruelle chante encore L’hymne nationale de nos plus belles Tagues barbecue Moi j’suis resté accroché au décor À ta saveur d’été T’as-tu le même goût? On swing pas du même bord Mais pour un soir J’aimerais ça que tu sois dans mon équipe On swing pu du même bord Mais rien que pour voir J’aimerais ça que tu sois dans mon équipe Nos corps silencieux Culmineront dans un grand cri d’équipe Victorieux Promets-moi de pas chercher mes yeux Tu pourrais y trouver le cœur D’un gars amoureux On swing pas du même bord Mais pour un soir J’aimerais ça que tu sois dans mon équipe On swing pu du même bord Mais rien que pour voir J’aimerais ça que tu sois dans mon équipe
8.
Aime-moi 04:10
Prends-moi, viens succomber À cette envie qui nous pèse Ma forteresse est désarmée, Elle t’offre mes collines en fraise Aime-moi trop et fais-moi mal Qu’on ne recommence jamais Aime-moi trop et fais-moi mal Qu’on ne recommence jamais à s’aimer autant À s’aimer autant Débauche-moi, goûte-moi, avale-moi, Usons-nous fort l’un contre l’autre Dans le plaisir et l’insouciance D’une première et dernière chance Aime-moi trop et fait moi mal Qu’on ne recommence jamais à s’aimer autant Mais aime-moi Jusqu’à ce que nos corps défendant Ne soient que douleur et tremblements Jouons ensemble sans faire semblant Comme on l’interdit aux enfants et à tous ceux du même sang Aime-moi trop et fait moi mal Qu’on ne recommence jamais Aime-moi trop et fait moi mal Qu’on ne recommence jamais à s’aimer autant Et oublie-moi
9.
T’es partie sans crier gare Sans bruit, t’as vidé les tiroirs T’as effacé mon nom De ton répertoire Ça me console faut croire Au cinéma l’amour existe encore Le téléphone veut pas sonner J’attends ton appel Ça fait longtemps, au moins depuis Noël Que j’ai pas eu de nouvelles T’étais pas la bonne, j’imagine Je visionne, je routine T’es gone with the wind Ça me console faut croire Au cinéma l’amour existe encore Ça me console, je garde espoir Au cinéma l’amour existe encore Je n’ai rien de mieux pour tuer l’temps Les yeux bien fixés sur l’écran J’écoute des vues Sur la rue Saint-Laurent Ça me console, ce soir Au cinéma l’Amour J’existe encore
10.
Dehors, la nuit a pris la ville Et moi, je veille avec Odile Une douce escale avant l’aurore J’apprivoise son corps Sans arrière-pensée Elle dans mes bras, moi sur le dos Quand le sofa est en vaisseau Appareillé pour un voyage Dont j’ignore encore Le où, le quoi, le quand, le kilométrage Jusqu’à ce que Morphée vienne offrir à ce détour Un avant-goût d’éternité La nuit peut bien garder la ville Tant qu’elle me laisse avec Odile
11.
Vélo blanc 02:33
Le chauffeur est en transe Et l’asphalte vermeille La journée qui commence Sera plus jamais pareille Le printemps qui se presse Ne pensait pas trouver Un bouquet de cyprès Au milieu de la chaussée Tu as laissé ta trace D’une triste façon Ton avril qui s’efface Sous les roues d’un camion *J’ai vu ton vélo blanc On a volé ses ailes Je regarde en l’air innocemment En espérant te voir passer avec dans le ciel*
12.
A fait serveuse sul shift de jour Des fois la nuit pour dépanner A prend c'qui passe pour ses vieux jours Pis pour une vacance d'été Est rendue seule dans son logement Un 5 1/2 sur Sainte-Marie C'est vrai que c'est un p'tit peu grand Depuis que les enfants sont partis Mais a s'console quand y'en a un Qui vient sonner quand y'é mal pris Pour s'faire aimer dans ses bras chauds À l'ombre de Turcot A fume des cigarettes indiennes Qu'elle achète à Kanawake A fume même pu pour la peine Mais ça la sort du quartier Des soirs, elle s'habille en trésor Sort prendre un verre au De Courcelle Mais depuis qu'y ont changé le décor Y'a plus de jeunes, a s’trouve moins belle Mais à s'console quand y'en a un Qui vient s'coller avant l'last call Pour s'faire aimer dans ses bras chauds À l'ombre de Turcot A s'fait bronzer les beaux samedis En bikini, est ben comme ça Non le canal c'pas Miami Mais ça le soleil le sait pas Elle a vu l'bonheur moins souvent Que d’occasion sur les murs du métro Saint-Henri A l'attend qui repasse, des fois c'est long longtemps Elle espère être encore en vie Mais a s'console quand le bonheur Vient s'faire shiner à côté d'elle Pour s'faire aimer dans ses bras chauds À l'ombre de Turcot Pour s'faire aimer à l'ombre de Turcot
13.
J'suis ben qu'trop fatigué J'suis ben qu'trop fatigué J'ai pas la force de t'faire la gueule Et encore moins de te l'chanter

about

CRITIQUES:
François Lemay - Ici Musique Radio-Canada
"Il y a de ces artistes dont nous aimons suivre l’évolution, qui grandissent sous nos yeux. C’est le cas de l’auteur-compositeur-interprète Maxime Auguste [...] C’est donc un premier album fort bien réussi, autant dans son écriture poétique que dans son exécution."

François Marchesseault - Rangée i, siège 2
« La métaphysique de l’ordinaire est un album trop beau et trop grand [...] on y reviendra tôt ou tard et on soulignera le talent immense d’auteur et de mélodiste de Maxime Auguste. [...] Ne boudez pas votre plaisir. »

Olivier Dénommée - Critiquedesalon.wordpress.com
"Auguste a beaucoup évolué, s’entourant des bonnes personnes et peaufinant la plupart de ses arrangements pour ne pas se limiter au créneau «chansons à texte sur fond folk». Tout de même, certains le comparent à Stéphane Lafleur (Avec pas d’casque) et à Philippe B, [...] on ne peut que lui souhaiter d’obtenir le même succès dans les prochaines années."

credits

released October 26, 2018

Paroles et musique: Maxime Auguste
©℗ Maxime Houde 2018

Direction artistique et arrangements: Maxime Auguste
Réalisation, prise de son et arrangements: David Méliès
Mixage: David Laurendeau
Matriçage: Jean-Phlippe Villemure
Illustrations: Maxime Auguste

VOIX :
Voix principale : Maxime Auguste
Chœurs : Rebecca Leclerc (2,3,7) / Kyra Shaughnessy (5,7,8,10,12) / Hélène Marchand-Lavoie (10) / Philippe C. Turbide-Renaud Madore-Xavier Madore (9)

GUITARES ET BASSE
Électrique : Maxime Auguste (1,3,5,7,8,9,12) / David Méliès (2,3,5,9,12)
Acoustique : Maxime Auguste (10,11,12) / Sarah Toussaint-Léveillé (6,11)
Pedal steel : Françis G. Veillette (2,5,8,9,10,11)
Résonateur : Maxime Auguste (4,13)
Basse électrique : Philippe C. Turbide (2,3,7,8,9)

CLAVIERS ET PIANO
Piano : Guillaume Martineau (2,3,8,10,11,13)
Wurlitzer : Josianne Paradis (2,3,5,7,9)
Rhodes : Guillaume Martineau (9)

BATTERIE ET PERCUSSIONS
Batterie : Simon Bilodeau (2,3,7,8,9) / Jamie Thompson (5,6,7,9)
Percussion: Maxime Auguste et David Méliès (5,7)

CORDES
Violons : Abby Walsh (1,2,3,7,10) / Meggie Lacombe (1,2,3,7,10)
Alto : Félix Lefèvre (1,2,3,7,10) / Rebecca Leclerc (10)
Violoncelle : Guillaume Veillet (1,2,3,7,10)
Contrebasse : Philippe C. Turbide (4,5,9,12) / Émilou Johnson (1,7,10)

CUIVRES
Cor : Alice Lane Lépine (1,3,5,8,9,11)
Trompette : Bertrand Margelidon (1,3,4,5,7,8)
Trombone : Éric Bourgeois (1,3,5,6,7,8,13) / Renaud Madore (7,9,11,12)

EXTRA SAUCE
Thérémine : Mélanie Venditti (9,10)
Tube musical et effets sonores : Maxime Auguste et David Méliès (6)
Synth bass-programmation-sifflement : Maxime Auguste (5)

ARRANGEMENTS
Cordes : Guido Del Fabro (2,3,7,10) / Renaud Madore (1) / David Méliès (2)
Cuivres : Renaud Madore

license

all rights reserved

tags

about

Maxime Auguste Montreal, Québec

Homme des ruelles de Montréal, Maxime Auguste chante la solitude et l’amour sous toutes ses formes. Dans les dernières années, on a pu l'entendre aux Francouvertes, aux Francofolies de Montréal, aux Festivals de Tadoussac et de Petite-Vallée ainsi que sur les ondes de Sirius XM et de Stingray. ... more

contact / help

Contact Maxime Auguste

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like Maxime Auguste, you may also like: