À Saint​-​Henri le 5 septembre

by artistes variés

/
1.
2.
Petit matin sous les cris du train On ouvre la tannerie Petit matin, jeunes filles et gamins Se pressent dans St-Henri Et les yeux fixés au loin des rues enfumées Se targuent de valoir mieux qu’un autre ouvrier Quitteront un jour la Smoking Valley Petit matin au café du coin On drague la plus jolie Petit matins, les lèvres carmin Rencontre des mains hardies Et les yeux fixés dans les yeux On se voit s’aimer loin des rues enfumées Un nid immaculé Au delà des brumes de la Smoking Valley Sombre veillée, le glas a sonné On ferme la tannerie Sombre veillée bambins et mariés Se bercent dans St-Henri Et les yeux fatigués Se prennent à rêver de pouvoir encore rester un mois, une année Sous les brumes de la Smoking Vallée Petit matin, sous les cris du train S’éloigne la tannerie Petit matin, jeunes filles et gamins Se pressent dans les cabines Et les yeux fixés au loin Regardent rapetisser leurs rues enfumées Leurs rêves immaculés dans les brumes de la Smoking Valley
3.
St-Henri (C’est-tu bon pour l’amour?) Paroles et musique : François Roy Je suis débarqué à St-Henri pis j’ai fait trois fois le tour Je connais rien, je suis pas d’ici, c’est-tu bon pour l’amour? Au coin de la rue, y a un gars ; qui parle tout seul, c’est bizarre Au fond du parc, y a une fille ; qui traîne avec ses blues J’arrête à taverne du coin ; sur De Courcelle l’air de rien Mais vite de même, ça l’air mort ; mieux vaut m’assoir au comptoir Je suis débarqué à St-Henri pis j’ai fait trois fois le tour Je connais rien, je suis pas d’ici, c’est-tu bon pour l’amour? La serveuse me tend un verre ; j’ai sais pas si j’ai envie À me dit coudonc, t’es ben noir; compte-moi donc ce qui t’arrive J’arrive de Paris… j’ai pris un vol de nuit Personne m’attendait à l’aéroport, j’ai perdu mes bagages, pis j’ai pas de char J’ai pris la navette pour le centre-ville, tchéqué mes messages… mon répondeur était vide Je suis débarqué à St-Henri pis j’ai fait trois fois le tour Je connais rien, je suis pas d’ici, c’est-tu bon pour l’amour? Au coin de la rue, y a un gars ; qui parle tout seul, c’est bizarre Au fond du parc, y a une fille ; qui traîne avec ses blues La serveuse m’a dégêné, à sait comment me faire parler Je commence ma 5e bière, pis ma raison me laisse faire Je m’ennuie de ma blonde… je trouve le temps long On a pris un break au début juillet, l’été est fini, serait p-ê temps de faire la paix J’ai le cœur à dérive sur le bord du Canal; paraît que t’es dans le coin, mais c’est grand MTL Je suis sorti assez chaudasse, pis j’ai marché au hasard En suivant mes godasses, en parlant au trottoir Au coin de la rue, y a un gars ; qui parle tout seul, c’est bizarre Au fond du parc, y a une fille ; qui traîne avec ses blues
4.
Par un jour de septembre Sur les traces d’un hier Comme une tranche d’histoire Un peu beurrée de travers Des abords du canal Aux rails du chemin d’fer Tes souvenirs en braille Racontent tes faits divers Ils étaient riches en misère Ces travailleurs en besogne De leurs vies ouvrières Et de l’usure sans vergogne Des miettes de salaire Entre l’usine et la maison St-Henri, c’était l’hiver D’un bonheur d’occasion T’en souviens-tu du temps Si las et sans mesure L’époque des migrants Et des manufactures Quand les cheminées Perchées comme des grues Surveillaient pieusement Les passants dans la rue Y’a la rue Notre Dame Qui veut s’refaire une beauté Victor et tous ses charmes Sont relégués au musée Si ton passé décline Par delà l’horizon Tes vestiges en sourdine Vivent un rêve fécond Aujourd’hui tu t’habilles De graffitis, de couleurs Comme une jeune fille Qui oublie sa pudeur T’as payé ta quittance De tes années de labeur Maintenant prend ta revanche L’avenir sera meilleur T’en souviens-tu du temps Des cris et des injures Des années sans printemps De lourdes démesures Et les cheminées Qui ne fument plus Sont témoins pourtant Des passants dans la rue St-Henri, le bilan C’est que le temps soulage Il n’est qu’un testament Une prière, un hommage Si demain promet Contre tout héritage Gardes-en le secret C’est là tout l’avantage St-Henri reste vrai Et tourne la page… *Paroles et musique: Janie Renée Myner
5.
À fait serveuse su'l shift de jour Des fois la nuit pour dépanner À prend s'qui passe pour ses vieux jours Pis pour une vacance d'été Est rendue seule dans son logement Un 5 1/2 sur Sainte-Marie C'est vrai que c'est un p'tit peu grand Depuis que ses gars sont partis Mais à s'console quand y'en a un Qui vient sonner quand qu'y'é malpris Pour s'faire aimer dans ses bras chauds À l'ombre de Turcot À fume des cigarettes indiennes Qu'elle achète à Kanawake À fume même pu pour la peine Mais ça la sort du quartier Des soirs, à s'habille en trésor Sort prendre un verre au De Courcelle Mais depuis qu'y'on changé le décors Y'a plus de jeune, à s'trouve moins belle Mais à s'console quand y'en a un Qui vient s'colle avant l'last call Pour s'faire aimer dans ses bras chauds À l'ombre de Turcot À s'fait bronzer les beaux samedis En bikini, à se gêne pas Non le canal, s'pas Miami Mais ça le soleil le sait pas Elle a vu l'bonheur moins souvent Qu'la phrase usée dans le métro Saint-Henri À l'attend qui r'passe, des fois c'est long longtemps À espère être encore en vie Mais à s'console quand le bonheur Qui vient s'faire shiner à côté d'elle Pour s'faire aimer dans ses bras chauds À l'ombre de Turcot
6.
Aujourd’hui parsemé de locaux élégants, de «veux tu un café» demandés gentiment, ma foi, c’est sympathique Quoi qu’en sortant du métro; un veux-tu ma photo, fait office d’échafauds aux tout nouveaux condos, Est-ce caractéristique? J’ai l’opinion angulaire, J’ai pas du tout les idées claires, un peu comme le cartier, y’a comme pas l’air de s’décider Entre renouveau et caractère, tuxedo les fesse à l’air, la plume rouillée je mets à l’écris un premier regard sur st Henri Comme en amour, le train et la 20, s’adonne au béton et étouffent les jardins ma foi, c’est bucolique Chantent les cigales, aujourd’hui y fait chaud, au moins y'a le canal, accès publique à l’eau Pas du tout sarcastique J’ai l’opinion angulaire, J’ai pas du tout les idées claires, un peu comme le cartier, y’a comme pas l’air de s’décider Entre renouveau et caractère, tuxedo les fesse à l’air, la plume rouillée je mets à l’écris un premier regard sur st Henri Je quitterai tantôt, prendrai le métro, me surprendrai, tout d’un coup à penser Quel endroit éclectique ce sont de drôle de piste qui dans l’fond m’on guidé, jam anticapitaliste et BMW. C’est une drôle de musique

about

Idée originale: Maxime Auguste
*inspirée du documentaire de l'ONF "À Saint-Henri le 5 septembre 2016"

Écrit, composé et enregistré au Tableau Blanc le 5 septembre 2016 dans le cadre du laboratoire de création de de chansons " À Saint-Henri le 5 septembre"

credits

released September 18, 2016

license

all rights reserved

tags

about

Maxime Auguste Montreal, Québec

Homme des ruelles de Montréal, Maxime Auguste chante la solitude et l’amour sous toutes ses formes. Dans les dernières années, on a pu l'entendre aux Francouvertes, aux Francofolies de Montréal, aux Festivals de Tadoussac et de Petite-Vallée ainsi que sur les ondes de Sirius XM et de Stingray. ... more

contact / help

Contact Maxime Auguste

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like À Saint-Henri le 5 septembre, you may also like: